Le site du Kabyle rationnel

mardi, 16 septembre 2014 · 83 visiteurs · 8063 Articles · 1293 breves ·  64995 commentaires
Dernières brèves

Accueil > Revue de Presse > Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier libérés

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier libérés

, par - commentaires

Les journalistes français de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, détenus en otages depuis dix-huit mois en Afghanistan, ont été libérés mercredi, ont annoncé les autorités françaises.

Leur interprète, Reza Din, a également été remis en liberté, déclare la présidence française dans un communiqué qui ne donne aucune précision sur les conditions de cette libération, notamment sur le versement éventuel d’une rançon aux ravisseurs.

Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a cependant déclaré aux journalistes, à l’issue d’une courte déclaration : "La France ne paie pas de rançon".

Les deux journalistes, qui ont pu rejoindre la base militaire française de Tagab, dans la vallée de Kapisa, ont été acheminés par hélicoptère à l’ambassade de France à Kaboul.

Ils sont attendus jeudi matin à l’aéroport de Villacoublay, près de Paris. Nicolas Sarkozy sera sur place pour les accueillir, ont dit des proches des ex-otages, mais l’Elysée a précisé que la décision n’avait pas encore été prise.

"S’il y va, ce sera en toute discrétion", a-t-on dit dans l’entourage du chef de l’Etat.

Selon France 2, des taliban locaux ont fait descendre Stéphane Taponier, 46 ans, et Hervé Ghesquière, 47 ans, de la région montagneuse où ils étaient détenus jusqu’à une zone où il pouvaient faire fonctionner des téléphones portables.

Là, les reporters ont été remis aux forces spéciales afghanes, qui les ont elles-mêmes confiés à des éléments de la Direction générale de sécurité extérieure (DGSE), précise la chaîne.

De nombreux responsables politiques et proches des deux ex-otages ont aussitôt exprimé leur soulagement. L’annonce de leur libération est intervenue au moment où se tenait à Paris un rassemblement pour leurs 18 mois de détention.

"On est passé des larmes au rire, c’est magique", a raconté Florence Aubenas, la présidente du comité de soutien.

Les deux Français "sont en bonne santé", a déclaré Le Premier ministre François Fillon sous les applaudissements des députés à l’Assemblée nationale.

Nicolas Sarkozy a remercié le président afghan Hamid Karzaï pour "la gestion de cette crise ainsi que tous ceux qui ont participé à la libération des otages", a indiqué l’Elysée.

"OBTENIR DES FEUX VERTS"

Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a justifié la longueur des négociations par la désorganisation des ravisseurs, dans une zone tenue par les forces françaises.

"Nous avions face à nous une organisation, ou plutôt une désorganisation extrêmement complexe avec plusieurs responsables. Il a fallu démêler les fils de tout cela, obtenir des feux verts qui venaient de circuits différents", a-t-il dit lors d’une déclaration à la presse.

Sur France 2, Alain Juppé a refusé de dire s’il y avait eu des contreparties à ces libérations, notamment l’élargissement de chefs des taliban, pour ne pas nuire aux négociations sur le sort des neuf autres otages français encore détenus.

Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, a estimé que ce serait "une sottise" d’établir un lien direct entre ces libérations et l’annonce, la semaine dernière, du retrait progressif d’une partie des troupes françaises d’Afghanistan.

Les journalistes avaient été enlevés le 29 décembre 2009 dans la vallée de Kapisa, au nord-est de Kaboul, où ils effectuaient un reportage.

Leur détention est la plus longue pour des journalistes français depuis la crise des otages au Liban, dans les années 1980. Les autorités françaises ont à plusieurs reprises cru pouvoir annoncer leur libération imminente avant de devoir déchanter, les négociations se révélant très complexes.

La dernière preuve de vie connue des deux hommes, un enregistrement vidéo, datait de novembre 2010.

"Cette libération nous fait penser à tous les Français qui sont encore retenus en otages, au Sahel, en Somalie, au Yémen, nous allons oeuvrer avec la même détermination pour obtenir leur libération et j’en profite pour lancer un appel à ceux qui les détiennent", a déclaré François Fillon.

"C’est un énorme soulagement et une satisfaction de les voir libérés. Je veux féliciter tous sont qui ont contribué à cette situation, à ce soulagement", a dit François Hollande, député PS, candidat aux primaires.

"Quand il s’agit de la vie de nos concitoyens qui sont détenus loin - il y en a encore - il n’y a aucun clivage politique qui peut valoir", a-t-il ajouté.

"Loin de moi l’idée de dénigrer tel ou tel effort du gouvernement mais il y a un contexte international qui a facilité cette libération, avec notamment l’annonce du retrait des troupes françaises d’Afghanistan", a estimé Ségolène Royal, également candidate aux primaires.

PARIS (Reuters)

Vos commentaires

  • Le 30 juin 2011 à 04:35, par Double Hocine
    En réponse à : Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier libérés

    bientôt les élections de 2012,
    combien de nos impôts sont partis en fumée,
    le toutou karzaï (placé par l’occident) remercié..pour la forme, lui le pantin.
    après ben Laden, Dsk, les journalistes, viendra l’apparition du père noel
    presque du même niveau que les lasers au stade

    • Le 30 juin 2011 à 05:33, par Vuznaver fils
      En réponse à : Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier libérés

      Quel impôt dois-tu payer toi lizanegérien ??????? Di quwa ti te mele di la france toi ??? !!! ritourne dans ton gourbi lwad ouchayah por voir si c’est la france !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du siteRSS | Contact | Développeur Kuhn Services | Hébergeur Planethooster