Le site du Kabyle rationnel

mercredi, 1er octobre 2014 · 193 visiteurs · 8106 Articles · 1295 breves ·  65507 commentaires
Dernières brèves

Accueil > Revue de Presse > L’Algérie en proie au doute à la suite de l’hospitalisation de (...)

L’Algérie en proie au doute à la suite de l’hospitalisation de Bouteflika

, par - commentaires

Le président de la République algérien, Abdelaziz Bouteflika, âgé de 76 ans, hospitalisé à Paris depuis samedi à l’hôpital du Val-de-Grâce, a tenu à rassurer les Algériens sur son état de santé dans un message adressé à la nation, cité par l’agence APS (Algérie presse service). "Alors que je continue à recevoir des soins médicaux, je tiens à remercier Dieu Tout-Puissant de m’avoir permis de me rétablir et d’être à présent sur la voie de la guérison", y écrit-il. Il a également exprimé à ses compatriotes ses "vœux sincères et fraternels" pour la fête des travailleurs, mercredi 1er mai. En 2005, M. Bouteflika avait déjà subi une intervention chirurgicale en France pour un ulcère de l’estomac.

Mais, à un an de la présidentielle, le scrutin est prévu en avril 2014, cette hospitalisation relance les spéculations sur sa volonté ou non de briguer un quatrième mandat. En revanche, si le chef de l’Etat est dans l’incapacité de terminer son mandat, la Constitution prévoit que le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, le remplace jusqu’à la tenue d’une élection, dans un délai de soixante jours.

QUEL AVENIR POUR L’ALGÉRIE ?

"Nous devons passer le flambeau à une nouvelle génération de dirigeants, l’époque de la légitimité révolutionnaire est révolue", a déclaré Hichem Aboud, essayiste et rédacteur en chef de Mon journal. "Je suis certain que Bouteflika ne briguera pas un nouveau mandat. Il ne peut tout simplement pas le faire, parce qu’il est trop fatigué."

Dans un système politique opaque où le président élu cohabite avec une puissante élite liée aux forces de sécurité, les décideurs ne verraient pas forcément d’un mauvais œil l’ascension de personnalités plus jeunes. Mais à ce jour, seul l’ancien premier ministre Ahmed Benbitour, 67 ans, est candidat déclaré à l’élection présidentielle.

Parmi les candidats potentiels figurent le premier ministre, Abdelmalek Sellal, un technocrate de 65 ans considéré comme un homme de consensus, et un autre ancien premier ministre, Mouloud Hamrouche, 70 ans, un réformiste dont les parents ont été tués pendant la guerre d’indépendance.

Selon Geoff Porter, directeur du cabinet North Africa Risk Consulting, la majorité des Algériens souhaite une transition en douceur et dans la transparence. "Ils veulent sans nul doute un candidat qui a de la vitalité et de l’énergie pour s’attaquer aux difficiles problèmes de l’Algérie (...), mais ils veulent aussi quelqu’un qui réforme le système politique de manière progressive, plutôt qu’en le bouleversant entièrement", affirme-il.

Mais tout changement de direction brutal paraît exclu dans un pays toujours traumatisé par l’insurrection islamiste et la guerre civile des années 1990, qui a fait plus de deux cent mille morts.

Le Monde.fr

Vos commentaires

  • Le 5 mai 2013 à 13:51, par Youva
    En réponse à : L’Algérie en proie au doute à la suite de l’hospitalisation de Bouteflika

    Les Maitre du DRS passent à la vitesse supérieure, en rendant public cette information sur le transfert de Boutef’ à Paris, tenue naguère comme un "secret d’État". Ce qui indique que la Guerre des Clans rivaux fait rage à l’approche de 2014. A l’accoutumée, c’était l’omerta sur la santé de Boutef...tant on sait que le DRS (Clan Mediene) contrôle largement la presse, les sites et blogs, et dispose de tout un Département d’action psychologique, chargé de la désinformation, l’intoxication, la diversion et la propagande... On peut penser que c’est grave, et que la Junte militaire se voit obligée de communiquer. L’autre hypothèse : le rival Clan Mediene-Tartag-Djebbar (DRS) précipite les évènements pour imposer son candidat, qui sera recruté dans la Diplomatie : un Ambassadeur ou un ex Chef de la Diplomatie, qui a noué des attaches solides dans le sérail international, et pourrait leur prolonger "l’impunité" pour les massacres, assassinats et disparitions, vers 250 000 victimes, eux qui demeurent hantés par le "Syndrome Pinochet", et les précédents Sadam, Kadafi, Moubarak, Ben Ali, adoubés, intronisés et soutenus par l’Occident....puis lâchés ! Les Généraux sanguinaires veulent mettre en orbite S. A. Ghozali, leur " âme damnée ", avec un staff de civiles, comme Haroun, Sadi, Ali-Yahia, les signataires de la pétition de soutien à Nezzar ! Ou Djazairi, Sahnoun, Brahimi, Bâla.....et retour à la "Case départ" !

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2013 à 17:04, par Arezki
    En réponse à : L’Algérie en proie au doute à la suite de l’hospitalisation de Bouteflika

    Exactement, c’est le DRS qui a diffusé l’info’. Inhabituel ! Suspect donc !!! Et ce sera comme en 1999, Les Généraux du DRS et de l’Etat-major (Commandement militaire, le pouvoir réel) désigneront, dans un Conclave (en secret), le candidat favori, les autres se présenteront....comme des marionnettes ! Les élections seront truquées comme d’habitude, et en 2014, sans aucun doute, ce sera le retour à la "case départ", comme toujours. L’autoritarisme et ses "corollaires obligés", la répression permanente, le Terorisme d’Etat, les manipulations du DRS (des islamistes et autres extrémistes) et provocations du DRS (attentats, rapts, etc.), la corruption généralisée, la re-consécration de la domination de " l’idéologie dominante " (l’arabo-islamisme) comme " l’idéologie du Pouvoir militaire dominant", la poursuite de la politique criminelle de l’arabisation-islamisation, les enfants des Généraux seront toujours dans les capitales occidentales, dans l’extase matérielle et l’opulence financière, les pans entiers de la population dans la misère effroyable et indicible, la poursuite de la "marocanisation " ou " système Hassan-II " : bouffe, alcools, drogues, putes...et taisez-vous ! Le bordel à ciel ouvert !!!

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2013 à 20:51, par Chifounot
    En réponse à : L’Algérie en proie au doute à la suite de l’hospitalisation de Bouteflika

    l’Algérie est occupée à condamner Israël, qui se défend légitiment des malades de la gâchette en Syrie, que de donner des news du atfartass de boutef’.
    Bonnes gens, l’Algérie s’en tape de vos tronches, seuls les Territoires Préoccupants de la Poubelstine et de la Scierie l’importe.
    Voilà ce que c’est que d’être dirigé par des descendants d’arabes...

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2013 à 09:57, par Youva
    En réponse à : L’Algérie en proie au doute à la suite de l’hospitalisation de Bouteflika

    Le Régime miliaire d’Alger est dans " l’obite " américaire, e ces déclarations ne sont que des délarations de principe, de l’ordre du discours propagandiste, à usage intérieur, pour garder dans son giron les islamistes et les bassistes. La Junte d’Alger ne fait rien contre Israel, bien au contraire, elle intronisera Djazairi ou Ghozali qui on déjà fait "offre de servce" à Israel...Alger envoie dessportifs, artistes, etc en Israel. Et Ferhat...

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2013 à 12:52, par baqlul
    En réponse à : L’Algérie en proie au doute à la suite de l’hospitalisation de Bouteflika

    Je me permets de vous signaler, sans lien direct avec le sujet de cet article, un autre article sur le site "socialalgérie" tenu par des progressistes algériens concernant la parution d’un livre sur les faits sociaux en algérie de 1830 jusqu’à 1954 d’un auteur qui, soit dit en passant, fait lapart belle au PCA (peut être que cela est justifié), et qu’on peut donc "soupsonner" de progressiste lui aussi , je parle de l’auteur du livre en question.
    Je me suis précipité vers la période concernant la Kabylie avec Fadma Nsoumer et le reste : il y a en tout et pour tout une phrase sur le début de la révolte Kabyle en 1851 et une autre phrase sur la fin de la révolte Kabyle en 1857 ; rien d’autre...
    L’auteur s’est étalé sur des pages et des pages sur la gloire de Abdelkader allant jusqu’à rappeler les gestes sans aucun rapport avec les faits sociaux tels que son achat d’une bibliothèque ! et j’en passe. A aucun moment il n’est question dans ce livre de la manière dont Abdelkader s’est rendu. L’auteur va jusqu’à nous suggérer que Abdelkader était "retenu" en France mais dans .... un chateau.
    Si même les éléments les plus progressistes algériens "traitent" notre Histoire Kabyle de la sorte, il ne reste désormais plus que l’Etat Kabyle pour assurer notre dignité. Voici le lien pou rl’article : http://www.socialgerie.net/spip.php?article1169

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été lu et validé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du siteRSS | Contact | Développeur Kuhn Services | Hébergeur Planethooster